mars 29, 2014

Sympa les dix-huit ans

Par HitSpot

Il était une fois trois nanas jeunes, jolies, sexy, mais vraiment nunuches. A dix-huit ans, elles décident de partir en vacances, de gagner un peu d’argent avec un travail dans un ranch d’équitation et de vivre un grand amour. Le travail de ramassage de crotins et de balayage étant trop dur, elles deviennent serveuses dans un casino puis se trouvent embringuées, sans avoir conscience du danger, dans une party très spéciale. Le film fourmille de rebondissements et de gags (du style… elles envoient leurs trois petites culottes sur la voiture des garçons qui les poursuivent pour les draguer), va vite, ne manque pas de charme, fait dans l’insouciance ensoleillée, joue à la fois la carte du romantisme et de l’humour… Mais on peut trouver monotones les petites aventures de ces trois gourdes aux superbes corps adultes jouant les gamines écervelées et les midinettes naïves pendant une heure et demie.

Les tronches 2

Les tronches
Des gueules de jeunes premiers pour un tas d’intellectuels à lunettes qui se retrouvent au cours de la réunion annuelle de leur confrérie. Ce groupe de boutonneux, représentant du Adams College, est surnommé à juste titre les « Tronches ». Ne vous fiez pas aux apparences, l’habit est loin de faire le moine. Parmi eux se cachent un obsédé, un pédé, un timbré, et tout ce que la brillante race humaine peut offrir de spécimens. Tous les goûts sont dans la nature. Ces rois du gag et de la rigolade, dragueurs en puissance, fêlés patentés, sont hilarants au début, drôles ensuite, navrants enfin. Les canulars se suivent et se ressemblent, s’épuisent très rapidement, ce qui vient malheureusement gâcher la presque totalité du film. Faute d’être une franche comédie, c’est en fait à une vaste clownerie que nous sommes malheureusement conviés. Un peu, ça va. Trop, c’est trop.