Power, les coulisses du pouvoir (Power )

13 août, 2015 (08:18) | Articles | By: Vero

Power, les coulisses du pouvoirPete St John fabrique les stars de la politique. Leur image importe plus que le message. «Quand vous serez élu, vous ferez ce que vous voudrez, dit-il à ses clients. Mais, en attendant, vous devez m’obéir en tout.» Résultat : un taux d’échec proche du zéro absolu. Pourtant, cet homme, sans scrupule et sans idéologie, va être contraint de faire un choix douloureux lorsqu’il apprendra qu’il assure la promotion d’un candidat qui fait chanter son meilleur ami… Sidney Lumet semble avoir perdu son sens de la mesure. Ici, il enfonce goulûment les portes ouvertes, sans jamais faire dans la dentelle et ses personnages ne sont que de piètres pantins désarticulés qui se débattent sans jamais convaincre. Décevant, pour le moins.

Un homme amoureux

Steve Elliott, star américaine, arrive à Cinecitta pour y tourner un film sur Pavese. Il tombe amoureux de sa partenaire, Jane, qui incarne le dernier amour et le dernier échec de Pavese. C’est un mélodrame, qui se veut flamboyant, avec, en arrière-plan, le destin d’un des plus grands auteurs italiens du xx- siècle. Diane Kurys ne manque pas d’élégance dans sa mise en scène, mais n’arrive guère à dépasser les conventions d’une histoire d’adultère finalement fort banale. Peter Coyote perd beaucoup au doublage. Reste une très belle photo et la prestation (courte, mais choc) de Jamie Lee Curtis.

Hanoï Hilton (The Hanoi Hilton)

The Hanoi HiltonGuerre du Viêt-Nam. Prison Hoa Lo à Hanoï. En 1964, le commandant Williamson est interrogé par le major Ngo Doc, chef du camp, et apprend qu’il sera considéré comme criminel de guerre, les USA n’ayant pas déclaré la guerre officiellement au Viêt-Nam. A moins qu’il n’accepte de «coopérer». Le commandant refuse. Dès lors, commencent pour lui et ses hommes, les tortures et les humiliations. Cet hommage aux prisonniers de guerre américains au Viêt-Nam n’est pas revanchard comme les films de Chuck Norris ou Stallone.

Le réalisateur tient simplement à rappeler que des soldats ont été traités comme des criminels, victimes de jeux politiques troubles. Ce témoignage, sur un aspect traité jusque-là de façon caricaturale, est passionnant.

Write a comment