janvier 19, 2015

Les difficultés du tournage

Par HitSpot

Un clip, c’est rarement la mise en images pure et simple des mots et des phrases qui composent une chanson. Les images doivent s’harmoniser autour de la musique et des paroles pour en restituer, plus une atmosphère ambiante qu’une réelle transcription. Pari difficile quand, avec un projet sur le papier, il faut tenter de séduire l’artiste-interprète (Philippe Lafontaine) et sa société de disque (Vogue). L’angoisse du réalisateur s’estompe à peine, quand le vidéo-clip entame sa carrière sur le petit écran. La diffusion n’est jamais que l’ultime obstacle à franchir. En quelques images, voilà l’histoire d’un clip aux différentes étapes de sa production. Le montage fera l’objet d’un prochain article.

Le story-board

Avec le «Gorfou Sauvage», dessinateur de l’équipe Neptune-Vidéo-Film, nous avons «planché» près de quarante-huit heures, pour fournir un story-board dans les plus brefs délais. Le story-board, c’est le découpage de l’histoire et des plans variés que proposera la caméra, le tout illustré de dessins. Accompagnant le projet, un budget doit tenir compte des frais variés, de la maquilleuse au montage en passant par l’hébergement et la nourriture. Séduira, séduira pas ? Branle-bas de combat quand le feu vert est donné. Le délai accordé serait raisonnable s’il n’y avait, dans le même laps de temps, un second clip à réaliser. Celui de Partners in Crime, intitulé «it’s on the Radio».

Le scénario

Un petit garçon découvre dans un coffre à jouets une poupée qu’il déshabille. Une poupée qui porte la même robe que le mannequin photographié par le chanteur, en studio. Le photographe/chanteur rêve à cette jeune femme inaccessible. Lors du développement des photos, le mannequin apparaît… en Princesse ! Le chanteur se transforme à son tour, en Bête, et tente de la séduire. Autour d’eux, dans un château, un Elfe et une Licorne assistent au repas intime. La Bête emporte la Belle évanouie jusqu’à son lit et, au moment où il s’apprête à l’embrasser, un éclair de flash vient les illuminer. C’est l’Elfe qui, redevenu petit garçon, a pris la place du photographe pour figer l’histoire.